Les canaux de publicité en ligne les plus populaires sont Google AdWords et Facebook Advertising. Mais en quoi diffèrent-ils et quelle est la meilleure option pour une petite entreprise ?  La publicité Google et la publicité Facebook sont très différentes et chacune a ses propres forces. Ils peuvent souvent être complémentaires selon votre type d’entreprise, vos objectifs publicitaires et la nature de vos publics cibles.

Google AdWords

Google est le site que nous visitons tous lorsqu’il s’agit de chercher de l’information. Souvent, cette activité dans Google Search est représentative des clients potentiels qui sont déjà dans le cycle d’achat, et dans le processus d’examen des options de marque et de produit. C’est pourquoi les annonces de recherche dans Google connaissent un tel succès, car elles vous permettent de faire de la publicité directement auprès des personnes qui recherchent activement votre produit ou service.

Les Avantages d’AdWords

  • Exploite la demande existante, en permettant aux annonces de cibler des mots-clés de recherche et des requêtes spécifiques Visée géographique
  • Options budgétaires flexibles à partir de seulement 5 € par jour
  • Fournit des idées de mots-clés qui peuvent être utilisées pour comprendre la taille et la forme de l’activité de recherche en ligne.
  • Idéal pour les campagnes de réponse directe
  • Fournit de bons volumes de conversions, généralement à des taux de rendement attrayants.

Les inconvénients d’AdWords peuvent se limiter aux coûts de clics qui peuvent être très coûteux dans des segments hautement compétitifs. Le concept publicitaire de Google ne s’applique pas à la vente croisée ou à la vente de remplacement. En outre, la relative complexité d’AdWords peut rendre la prise en main assez difficile pour les utilisateurs débutants.

Pour en savoir plus sur l’efficacité d’AdWords, consultez notre article sur cet outil seo performant pour les entreprises.

La publicité sur Facebook

Facebook est un réseau de médias sociaux dont les membres très actifs sont s’en servent pour rester en contact avec leurs amis et leur famille, ainsi que pour être au courant des nouvelles et pour le divertissement. En France, Facebook compte plus de 30 millions de membres. Facebook en sait beaucoup sur ces membres, notamment sur leur lieu de résidence, leur sexe, leur âge, leurs intérêts et bien plus encore.

La plateforme publicitaire Facebook est plus en phase avec la publicité traditionnelle de la radiodiffusion, avec une différence majeure : Facebook un outil e-promotion pour entreprise qui permet de cibler des segments d’audience très spécifiques en fonction du profil des clients, de leur emplacement, de leurs intérêts, de leurs comportements et plus encore.

Les avantages des publicités Facebook

  • Permet la diffusion de publicité pour atteindre des publics spécifiques sur Facebook
  • Très efficace pour atteindre le public sur les appareils mobiles
  • Large gamme de formats d’affichage publicitaire très attrayants
  • Bon pour les campagnes de sondage direct
  • Options budgétaires flexibles à partir de seulement 5 € par jour
  • Rentable et relativement bon marché, surtout par rapport aux médias traditionnels.
  • Facilement adaptable à la marque

Parmi les inconvénients des publicités Facebook on peut citer que l’interface de la plate-forme publicitaire peut prêter à confusion. En effet, les nouvelles annonces doivent être créées régulièrement pour garder vos annonces fraîches. Les utilisateurs peuvent commenter vos annonces, ce qui nécessite des efforts pour la gestion.

Au cours des huit premiers mois de l’an 2016, les fusions et acquisitions effectuées par des entreprises chinoises à l’étranger représentaient plus de 60 milliards de dollars américains, contre un peu moins de 55 milliards de dollars en 2015.

Pékin revient à la charge pour assurer son contrôle sur l’économie et plus précisément sur les flux de capitaux. La Chine a décidé de mettre un terme aux investissements de ses entreprises à l’étranger. Il s’agit d’un nouveau cycle de restrictions, en principe temporaire, dans le but de freiner un cercle vicieux qui accélère la dépréciation du yuan. Pour en savoir plus sur La situation des investissement chinois à l’étranger, je vous suggère de consulter régulièrement le site : marketing-chine.com

La Chine freine l’es investissements de ses entreprises à l’étranger

Bien que le gouvernement Chinois ait toujours été très conscient des activités à l’étranger des entreprises du pays, ces limitations représentent un tournant majeur dans la politique d’investissements à l’étranger qui avait été tracée au début du 21ème siècle. Depuis, Pékin a encouragé ses entreprises à se déployer partout dans le monde à la recherche de ressources naturelles d’abord, puis des marques, des technologies ou encore des réseaux de distribution. Mais c’est fini, au moins à court terme : le Conseil d’État chinois a appelé à une «surveillance accrue des biens à l’étranger», et les autorités concernées ont répondu on renforçant la surveillance sur ces opérations pour lutter contre les investissements illégaux. Ces restrictions resteraient en vigueur jusqu’en septembre de l’année prochaine, coïncidant avec la célébration d’une réunion majeure du Parti communiste chinois.

Les entreprises chinoises accélèrent les acquisitions à l’étranger

Les restrictions sont presque à la fin d’une année de chiffres records dans ce domaine. Fin novembre 2016, les entreprises chinoises ont investi environ 60 milliards de dollars US, plus du double de ce qu’ils ont investi en 2015, selon les données Bloomberg. Cette accélération place le géant asiatique presque au même niveau que les États-Unis, premier investisseur mondial.

Bien que les entreprises chinoises investissent à l’étranger soient légales, les autorités jugent que certaines entreprises pourraient utiliser cette chaîne dans le seul but de retirer de l’argent du pays et de contourner les contrôles de capitaux que Pékin a mis en place pour empêcher son économie soit fragilisée. Avec un ralentissement de l’économie et quelques options attrayantes pour investir, de nombreuses entreprises cherchent à investir leurs capitaux hors du pays. Selon certaines estimations de spécialistes, la chute des capitaux cette année, à la fois par des méthodes légales et illégales, s’élève à environ 2 milliards de dollars.

Cet exode du yuan conduit à la dépréciation de la monnaie chinoise, qui est inférieure par rapport au dollar. Les perspectives ne sont pas encourageantes : le billet vert continue de se renforcer face à une hausse imminente des taux aux États-Unis. Pour inverser la tendance, la Chine a vendu une bonne partie de ses énormes réserves de change afin de retarder l’affaiblissement de sa monnaie. Mais compte tenu de la preuve que la stratégie n’est pas suffisante pour soutenir le yuan et l’impossibilité de continuer à décaisser les économies indéfiniment, Pékin a opté pour une position plus stricte.

Un jeu particulier entre chat et souris entre le gouvernement, d’une part, et ses citoyens et entreprises, de l’autre part. Les Chinois trouveront toujours de nouvelles façons de contourner les restrictions.